La pollution de l’air intérieur reste relativement méconnue. Pourtant, nous passons en moyenne 85 % de notre temps dans des environnements clos dans lesquels nous pouvons être exposés à de nombreux polluants. La nature de ces polluants dépend des caractéristiques du bâti, des activités et des comportements (tabac, bricolage, peinture, etc.). La qualité de l’air intérieur est un enjeu majeur de santé publique.

Pour cela, la Ville souhaite renforcer l’information et la sensibilisation par la mise en place dans les écoles et les crèches de capteurs CO2 permettant d’alerter les occupants lorsque les locaux ont besoin d’être aérés. Elle fait aussi évoluer ses pratiques d’entretien et de nettoyage des locaux vers du « zéro chimie » en choisissant un nettoyage vapeur ou à l’eau ozonée, ou en privilégiant les peintures naturelles à base d’algues.  Des axes restent à travailler : le recours à des matériaux biosourcés dans la rénovation des bâtiments, le mobilier intérieur et les pratiques de  loisirs créatifs dans les crèches, les écoles et les centres de loisirs.